101ND300 Iles Eparses. Vue de la Grande Glorieuse, l'île principal de l'archipel des Glorieuses.

Le conflit territorial entre la France et Madagascar au sujet des îles Eparses remonte à loin. En 1979, une résolution des Nations Unies avait demandé à la France l’ouverture de discussions pour la restitution de ces îles. L’enjeu, c’est notamment le sous-sol, qui pourrait contenir d’importantes réserves d’hydrocarbures. L’an dernier, après avoir rencontré François Hollande lors d’une visite à Paris, Hery Rajaonarimampianina avait évoqué la possibilité d’une cogestion, via la création d’une plateforme de dialogue entre les deux gouvernements.

C’est une déclaration de l’ambassadeur de France, Véronique Vouland-Aneini, qui a mis le feu aux poudres. Il y a deux semaines, elle a déclaré que « les îles Eparses appartiennent à la France ».

D’après housseniawriting.com Les îles éparses sont classées par l’autorité française dans la catégorie des terres australes et antarctiques françaises.  La Ministre des outre-mer française a également visité les îles glorieuses. Ce n’est pas pour rien qu’elle effectue ces voyages. En effet, les îles éparses abritent beaucoup de richesse, que ce soit sous la terre ou sous la mer. C’est justement pour cette raison que l’autorité française ne lâche pas ses îles.

Pour le cas de Juan de Nova, l’île le plus proche de Madagascar dans le canal de Mozambique, les chercheurs estiment que l’île possède entre 6 et 12 milliards baril de pétrole, et 3 à 5 milliards m3 de gaz. Si on estime le prix baril du pétrole brut à 50 dollars, Juan de Nova renferme 300 milliards de pétrole.

 

Et cela concerne uniquement le pétrole, car on n’a pas encore évalué l’exploitation des gaz et des autres richesses qu’on peut trouver dans les trois autres îles : Les Glorieuses, Europa et Bassas de India. L’autorité française a déjà autorisé Sapetro et Marex, des compagnies d’exploitation pétrolière américaine et nigérienne, à commencer l’exploitation à Juan de Nova. Les pays arabes qui ravitaillent le monde entier possèdent au total 35 milliards baril de pétrole qui sera épuisés d’ici 30 ou 50 ans car l’exploitation a commencé en 1905. La France recherche donc de nouvelles zones d’exploitations.





Si Madagascar pouvait exploiter les îles Eparses, alors cela garantirait le développement du pays dans de nombreux domaines. Un revenu de 300 milliards de dollars peut changer le pays à jamais : Construction de barrages hydroélectriques, logements, routes, éducation, etc Malheureusement, la France n’est pas prête à céder ses îles qui devraient appartenir à Madagascar. Et le gouvernement malgache n’a pas suffisamment de poids pour tenir tête à la France. Et même s’il tenait tête, la Libye de Khadafi est une piqûre mortelle de rappel sur le fait que la France est capable de détruire tout un pays pour l’or noir.

Pour plus d’informations suivez le mouvement : Cliquez ici !

Liantsoa

8 COMMENTAIRES

  1. Le décret d’annexion coloniale de Madagascar par la France disait, en un article unique « La France prend possession de Madagascar et des îles qui en dépendent ». Donc, lors de l’indépendance, la France devait, en droit international, restituer aussi les îles qui dépendant de Madagascar, mais De Gaulle les a gardées en s’asseyant sur le Droit International, pour conserver une position stratégique et des zones maritimes très importantes. Je ne suis pas d’accord avec vous, le régime actuel n’a aucune volonté de récupérer son territoire national. Comme pour les Comores avec le Franc CFA et avec Mayotte, des deals officieux sont passés avec la France néocoloniale en échange de certains soutiens, par les « gouverneurs » de fait de ces pays qui n’ont jamais été dirigés par des SOUVERAINISTES, ou alors ils ont été éliminés physiquement ou politiquement bien entendu (Ali Soihili, A.Abdallah, Ratsimandrava, Rajoelina). C’est à peu près le même deal qu’entre Maurice et l’empire britannico-yankee pour les Chagos et autres îles occupées illégalement par les Empires occidentaux. A rajouter enfin que si contentieux il y a il devra plutôt être réglé avec le Mozambique (avec Guebuza-bizness et la corruption là aussi, c’est pas gagné) qu’avec la France. Avec la France il n’y a aucun contentieux, il y a occupation coloniale illégale et rien à négocier sinon à EXIGER le départ immédiat de la France de ces îles. Mais quand ce pays dispose d’un droit de véto à l’ONU on comprend la complicité passive de Ban-Ki-Moon et de l’UA sur le sujet.

  2. Pour plus d’infos, voir « Regards croisés sur les Îles éparses : Ressources et Territoires contestés », Revue juridique de MCI, Dossier spécial, mars 2016.
    Ce dossier, composé par 11 auteurs académiques sous la direction de Christiane Rafidinarivo et Johary Ravaloson, propose des regards croisés sur le statut des Îles Éparses sans polémique ni parti pris. Il s’agit d’une part, d’éclairer en présentant le problème de différents points de vue dans le contexte actuel de contestation, d’ouvrir le face-à-face des souveraineté à la gouvernance globale sinon régionale et, d’autre part, esquisser des pistes de solution, en montrant les enjeux et les différents traitements possibles des litiges territoriaux internationaux.

  3. La France est le plus grand pays au monde : sa capitale est à Washington, son armée est en Afrique, son territoire est dans les 3 océans (les Iles Eparses entre autres), sa conception de la politique est genre Pablo Escobar (les casseroles de Sarkozy), ses politiciens fricotent avec tous les crimes : nazi (Pétain qui pète le racisme, Mitterrand au Rwanda, De Gaule avec le génocide des Bamiléké du Cameroun), ses hommes d’affaires sont derrière tous les coup bas (BHL en Libye), etc. Une emprise coloniale ne se négocie pas, elle se libère. Point à la ligne.

    • Bravo ADOUM! C’est une très belle analyse à propos de la manigance infernale de la France. De toutes les façons, il faut faire échec à ces avatars ignobles, qui s’organisent toujours au moyen de déposséder les pays qui veulent lutter contre la misère entretenue par les puissances hégémoniques internationales.
      Comment comprendre la conception propagandiste de ces États prédateurs qui claironnent de partout leur despotisme à saveur démocratique?
      Ces parasites s’arrangent essentiellement pour être au top niveau de la prédominance de manière à imposer au reste du monde leur volonté. Si le savoir par excellence et le développement socio-économique d’un pays égal à la France, représentent le summum de son épanouissement. Alors, en tant que pays de la lumière, ne serait-ce pas tout au plus de bon ton; à ce qu’il y ait un rapport équitable entre le nord et le sud. C’est à ne rien comprendre dans cette conjoncture : dominants-dominés!
      Tout doit être à leur portée. Ces faucons sont tellement obsédés par la richesse, qu’ils finissent par croire que toute la planète leur appartient, et donc, ils peuvent le disposer à leur gré sans tenir compte des autres populations qui y vivent bien avant leurs agressions.
      Avec un tel modèle enlaidissant, l’humanité ne va-t-elle pas à sa perte contre toute rémission?
      Selon toute vraisemblance, à force d’instrumentaliser ces impodérabilités, le monde se transformera de façon cyclique comme une chaudière à incandescence prête à chambouler à cause des conquêtes qui se perpétuent aisément.
      LES PEUPLES ONT LE DROIT LE PLUS ABSOLU DE JOUIR ET DE SE DISPOSER DE LEURS RESSOURCES NATURELLES COMME ILS LES VEULENT, DONC SANS INGÉRENCE ÉTRANGÈRE QUI VIENT À PERPÉTUITÉ PERTURBER LEUR EXISTENCE.
      L’HUMANITÉ NE SE RECONNAÎT PLUS, PARCE QU’ELLE A PERDU TRÈS LONGTEMPS SON INNOCENCE.

      Harold Saint-Louis
      Ce 26 Janvier 2017
      01h34 Heure de l’Est.

  4. Un revenu de 300 milliards de dollars peut changer le pays à jamais : Construction de barrages hydroélectriques, logements, routes, éducation, etc

    Mort de rire!

  5. Cela est inadmissible. L’Afrique aux africains. Seule l’unité africaine nous permettra de nous en sortir un jour. Les français cherchent leurs intérêts. C’est à nous de voir ou sont les nôtres. Le problème ce n’est pas la France mais nous.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here